Rencontre avec une famille de déplacés en Ukraine

Igor Egurnov et sa famille font partie des trop nombreuses personnes qui ont vu leurs vies basculer l’année dernière dans l’est de l’Ukraine. Avant la guerre, ils vivaient à Horlivka, une ville de la région de Donetsk meurtrie par les affrontements entre les séparatistes pro-russes et Kiev. Nous les avons rencontrés en avril dernier, chez eux, à Kiev.

Occupation éphémère par les réfugiés de la Chapelle du gymnase Jean Jaurès

Ce vendredi matin, sommés d’accepter une proposition de relogement par l’OFPRA, les réfugiés qui campaient dans le Parc Éole, près de Stalingrad, ont majoritairement dû évacuer les lieux. Certains n’ont pas voulu ou pas pu – par manque de place – prendre les bus mis à leur disposition, d’autres sont revenus plus tard dans le camp, qui a été évacué par la police dans l’après-midi, laissant ces migrants désemparés et à la rue une fois de plus.

En Ukraine, la situation des prisonniers civils dans l’est séparatiste

Il est devenu habituel, lorsque l’on évoque le conflit à l’est de l’Ukraine, de rappeler le bilan humain officiel – tout en sachant que celui-ci est largement sous-estimé. Cependant, on méconnaît assez largement le sort des prisonniers, et plus particulièrement des civils. Rencontre à Kiev avec des activistes de l’association Vostok SOS, qui viennent en aide à ces prisonniers – ainsi qu’à leurs proches – et œuvrent à leur libération.

L’occupation de la caserne de Château-Landon par les migrants de la Chapelle

Hier soir, un rassemblement était organisé en soutien aux réfugiés, accueillis au Bois-Dormoy, et qui devaient changer de lieu. C’est finalement devenu un cortège de migrants et de soutiens qui ont marché en direction de la caserne de pompiers désaffectée, à l’angle de la rue de l’Aqueduc et de la rue Philippe de Girard, dans le dixième arrondissement de Paris.